L’environnement externe de la société B.T.C

Au complexe de la SNBGElle est constituée de la clientèle réelle et potentielle ; de l’environnement juridique et concurrentiel de la société Business and Trading Company.

C.1-   La clientèle

Nous distinguons à cet effet, deux types de clientèle à B.T.C, la clientèle réelle et la clientèle potentielle.

  • La clientèle réelle

La clientèle de B.T.C est essentiellement étrangère, c’est-à-dire que toutes ses ventes sont orientées vers l’extérieur. Nous avons principalement recensé les sociétés étrangères suivantes : Wei Ming Wei (SHANGHAI), Green Leaves (MONACO), Canadian Wood Product (MONTREAL), F.W Barth & Co. GMBH (HAMBURG), F. James SAS (SOUAL), Forestal Trading (USA), Twinbridge (LOVORNO), Design Parquet (FRANCE), Peltier Bois (FRANCE), Chriswood (ANTEWERP), Dalian HuilongWoodenProducts.Co (DALIAN), Shanghai CHB Import & Exp Co Ltd, Basaran Orman Urunleri Ltd STD (ISTAMBUL), CV AnugerahIndah Abadji JL. (INDONESIA). Il a été difficile pour nous d’obtenir des informations sur le pourcentage de chaque client dans le chiffre d’affaires de la s ociété B.T.C  au cours des années précédentes. Néanmoins, en 2009 la société étrangère CALLENS a contribuée à 60% dans le chiffre d’affaires de B.T.C ; en 2010 ce fût  au tour de l’entreprise Forestal Trading qui a obtenu une cote part de 60% aussi dans le chiffre d’affaires de la Business and Trading Company.

 

Elle a su jusqu’à présent fidélisé sa clientèle, ceci est dû à l’accent qui est mis sur le contrôle qualité des bois débités qu’elle commercialise.

  • La clientèle potentielle

Nous avons pu recenser principalement quelques-unes à savoir :

  • La filiale VETEDY Cameroun du groupe VETEDY représenté au Luxembourg, en Belgique et en Indonésie. D’après la présentation du catalogue et de nombreux entretient de collaboration future, ceci laisse entendre qu’une relation d’affaire à long terme pourra être établie entre les deux entreprises. En effet, les essences sollicitées par la société VETEDY Sarl Cameroun sont le Padouk, le tak, l’Afrormosia etc.
  • La société belge RAMMANT BOIS SA, qui sollicite une relation d’affaire avec la société B.T.C, leur objectif est de se rapprocher des sources d’approvisionnement du continent africain. Les principales essences sollicitées sont donc le Doussié, le Sapelli, le Sipo, l’Iroko, le Wengé, le Bossé, l’Acajou,…
  • EOMBO Entreprises, représente un centre collégial de transfert de technologique (CCTT) spécialisé dans la transformation des bois en produits finis. Faisant partie du réseau trans-Tech, c’est un centre qui offre des services aux industries québécoises du bois et de l’ameublement à la grandeur du territoire.
  • S.E.T.B (Société Européenne de Transformation du Bois) SA, présente en France, au Luxembourg et dans bien d’autres pays. Elle s’approvisionne en Afrique en très grande quantité.
  • P.E.F.C France, spécialisée dans la transformation des bois et la fabrication des barriques de vin, des barriques de chêne français et bien d’autres produits encore. Sa mission est de promouvoir la gestion durable de la forêt.
  • CARREFOUR INTERNATIONAL DU BOIS (International TimberTradeshow), société française de transformation des produits issus de l’exploitation forestière, elle est spécialisée dans la meublerie.
  • Fordaq meubles, c’est un réseau de la filière bois qui renseigne sur  toutes les informations nécessaires dont ont besoin les clients et les fournisseurs pour acheter ou vendre à l’international. On y retrouve tous ceux dont on n’a besoin y compris les prix pratiqués sue le marché international du bois.
  • FND (Fédération National du Bois), est un site des exploitants forestiers, scieurs et industriels du bois. Elle est un maillon incontournable pour assurer la mobilisation et la première transformation du bois, essentiel à l’approvisionnement des industries utilisatrices en aval.
  • Cabannes, entreprise française spécialiste du jointage de placage.
  • Les Boisés La Fleur Inc., entreprise spécialisée dans la transformation de bois-francs. Elle produit des faces en placage pour l’industrie du contre-plaqué.
  • OLIWOOD Production, entreprise européenne spécialisée dans la construction des bâtiments, des mobiliers en bois et aussi dans la réfection et la rénovation des vieux ouvrages.
  • Veneertech, société américaine spécialisée dans la fabrication des chênes, et bien d’autres encore.

Toutes ces entreprises précédemment citées constituent la clientèle potentielle  de la société B.T.C Sarl, il serait donc judicieux pour cette dernière et dans le but d’un développement de ses activités par conquête des marchés étrangers de les avoir comme clients réels ou encore dans le cadre d’un partenariat, car les essences qu’ils importent sont issues principalement d’Afrique.

C.2-   L’environnement juridique et concurrentiel

Il s’agit ici des textes de lois qui régissent l’activité forestière au Cameroun et dans une certaine mesure du droit des sociétés commerciales ; ainsi que des principaux concurrents de la société B.T.C.

  1. L’environnement juridique de la société B.T.C

La société Business and Trading Company est une société à responsabilité limitée (SARL) pluripersonnelle, c’est-à-dire constituée de quatre actionnaires détenant chacun 25% des parts sociales et ayant à sa tête un gérant conformément au statut.

En ce qui concerne les textes de lois régissant l’activité forestière au Cameroun, nous avons la loi de 1994 qui régit l’exploitation forestière. En  application des dispositions de la loi N° 94/01/ du 20 Janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche, du décret N° 95/531/PM du 23 Août 1995 fixant les modalités d’application du régime des forêts, de l’arrêté 0222 du 25 mai 2001 fixant les procédures d’élaboration, d’approbation, de suivi et de mise en œuvre des plans d’aménagement des forêts de production du domaine forestier permanent, sur accord du 1er ministre chef du gouvernement, une convention d’exploitation exceptionnelle d’une concession forestière est passée entre le gouvernement de la République du Cameroun représenté par le ministre chargé des forêts d’une part et la société B.T.C Sarl, BP 8221 Douala.

Le certificat d’enregistrement en qualité de transformateur des bois N° 336/11/TB/DPT/STPL de la société B.T.C contient 12 articles portant sur les dispositions légales, la durée de la convention, les conditions d’exploitation, les dispositions sur l’aménagement, les dispositions sur l’exploitation, les dispositions sur l’acceptation et les dispositions sur le contrôle.

Le régime juridique de la société B.T.C est une SARL, son régime fiscal quant à lui est réel, et elle est enregistrée au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM) conformément à la réglementation en vigueur.

  1. L’environnement concurrentiel de la société B.T.C

Essentiellement orientée vers l’international, la société B.T.C ne dispose donc pas d’une clientèle sur le territoire national, raison pour laquelle il est difficile de la situer dans son environnement concurrentiel. De plus, il  n’existe pas d’organisation chargé de fournir des données statistiques annuelles ou mensuelles sur l’évolution des entreprises d’exploitation forestière au Cameroun. Par conséquent ceci est d’autant plus délicat pour nous de situer telle entreprise comme leader et telle autre comme challenger ou suiveur. Néanmoins, les principaux concurrents de la société B.T.C sont les entreprises camerounaises suivantes (quelque un sur plusieurs) :

  • BKB ;
  • ABC (Africa Business Center) ;
  • ETTA Afrique Woods ;
  • KW Trading.
  • Dino & fils
  • S E T B
  • SIM

Pour ne citer que celles-là. La société B.T.C à cet effet ne peut donc pas se prononcer  sur l’importance et la performance de chacune des entreprises concurrentes dans la mesure où elle ne dispose pas de telles informations, ce qui revient à comprendre que chaque entreprise est la seule habilitée à savoir le chiffre d’affaires qu’elle réalise, car dans le secteur forestier camerounais aucune structure ne divulgue des informations statistiques sur son activité ainsi que sur l’évolution de ses ventes.  Etant donné la présence des filiales des firmes multinationales dans le secteur d’exploitation forestière au Cameroun, il est très difficile pour une entreprise locale de rivaliser avec elle, donc force est de constater qu’il n’existe pas des syndicats assez puissant pour défendre les intérêts des exploitants au Cameroun.